S'enregistrerAccueilConnexion

Partagez|

Senarath

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Sexe : Masculin
Libre pour RP ? : Toujours :
Robe Pourpre
Senarath
MessageSujet: Senarath Lun 30 Mai - 23:45

     

Senarath


Race : Humain
Sexe :Masculin
Age : 21 ans
Faction : Les robes pourpres
Sexualité : Bisexuel


La langue de la vipère n'est jamais plus venimeuse que lorsqu'elle est enduite de miel.

Nephilim | Never-Utopia


Histoire

Aux prémices de son existence, tout semblait lui sourire. Fils d'un riche marchand d'étoffes luxueuses, il était né dans le grand Empire de Gemmefeu comme un homme libre. Senarath était destiné à vivre hors du besoin tant qu'il perdurait la génération de marchand de sa famille. Les premières années de sa vie furent calmes et agréables. Il vivait dans une petite maisonnette, éloigné de toute ville. Il fallait une bonne heure à cheval à un rythme soutenu pour se rendre à la ville la plus proche. Son père était rarement à la maison, il voyageait de ville en ville, parfois de longs mois pour transporter sa marchandise. Mais quand il revenait travaillé à la capitale, il passait de longues semaines près d'eux, à leur raconter des récits de ses voyages, de la richesse des villes par lesquels il était passé. Senarath vivait presque reclus dans cette maison avec son frère un peu plus âgé que lui, et sa mère. Alors les histoires qui le lui racontaient lui faisaient penser à de très lointains pays exotiques, aux personnes belles et souriantes. Des peuples mystérieux qui hantaient ses rêves de petits garçons.

Il souhaita de tout son coeur de grandir vite. De pouvoir voir de ses yeux toutes ces terres intrigantes, ces cultures, ces peuples différents, mais tellement semblables en même temps. Mais pour cela, il devait patienter. C'est seulement à ses neuf ans qu'il fût autoriser à suivre les traces de son père. Son frère, Ahmès avait suivi le même chemin, deux étés auparavant. L'aventure qu'il s'apprêtait à vivre était excitante, et il l'avait désiré depuis si longtemps qu'il en était presque apeuré.   Il ressentait presque de la tristesse de quitter le foyer qui l'avait vu naitre, et de sa mère si gentille qui s'était occupée de lui avec tendresse chaque jour. Il aurait aimé qu'elle puisse les suivre, mais les routes n'étaient pas sûres, et les voyages éreintants. Une femme devait rester au foyer et attendre qu'ils reviennent tous ensemble. C'est ainsi qu'il quitta pour la première fois son chez lui, ne se doutant pas que ce serait aussi la dernière fois qu'il y retournerait.

Après un départ larmoyant, Senarath monta derrière son frère. La jument qu'il montait s'appelait Rosai. C'était le premier cheval qu'ils avaient vu naitre, son frère et lui. Il l'avait vu grandir, son caractère doux et passif en faisait une excellente monture pour les cavaliers débutants qu'ils étaient. Senarath aurait aimé avoir son propre cheval, mais ses jambes étaient encore trop courtes pour se tenir correctement à la selle. Du coup, il se contentait de serrer de ses bras la taille de son frère pour entamer le voyage.

Leur première destination fut une petite ville à la jonction entre l'Empire de Gemmefeu et le royaume de Bravac. Pour l'union de sa fille, un noble avait commandé une étole richement ouvragée.  Son père lui avait donc expliqué qu'il fallait se hâter vers le Nord au plus vite. Senarath était un peu intimidé par sa première mission. Les soldats lourdement armés, ou plutôt les mercenaires convoyaient avec eux pour protéger la marchandise. Bien qu'étant dans un royaume en paix, les voleurs n'étaient pas rares si loin des villes. Senarath, lui n'avait qu'une envie, voire ces fameux brigands de plus près. Il ne doutait absolument pas que son père saurait tous les mettre à terre. Il état après tout son exemple de vie.

Mais, à ses regrets, il ne se passa rien de tel. Bien qu'assez long le voyage se passa très bien. Ses yeux émerveillés et curieux se posaient sur le moindre espace. Avide de connaissance et d'histoires. L'étole fut livrée à temps, et il n'avait pas eu le temps de se reposer qu'une nouvelle commande arrivât.

Une année passa avec le même train de vie. Les marques de l'enfance s'effaçaient petit à petit de son visage. Mais son innocence et sa joie de vivre quant à elle étaient toujours présentes. Travailler avec son père et son frère était fantastique, même si ce n'était pas toujours évident. Ils n’avaient pas beaucoup de temps pour se reposer et certains voyages manquaient d'attrait, tellement le paysage était ennuyant. Mais il ne se lassait pas. À  11 ans, il commençait presque à être un homme. Patiemment, il apprenait les conseils de son père, l'observant pendant les échanges. Sa manière de se montrer doux et souriant, serviable et agréable. Il lui apprit la valeur de la monnaie, comment arriver au meilleur prix avec un client difficile.

Senarath voulait aider. Mais on ne le prenait pas encore au sérieux. Sa peau dorée, ses cheveux blonds, éclaircis par le soleil brulant attiraient le regard des autres personnes. On le trouvait mignon te il s'amusait de cette nouvelle popularité. Mais sa maison lui manquait. Après des transactions difficiles, son père annonça leur retour. Il devait juste passer à la capitale.

À la mention de la capitale de l'Empire de Gemmefeu, ses yeux se mirent à briller. Il avait hâte d'y être. Le voyage en sens inverse fut terriblement long, et mit sa patience à rude épreuve. À quelques lieux de la capitale, un groupe de cavaliers s'avançaient à toute allure vers eux. Il vit de coin de l'oeil son père fronçait les sourcils et ordonner à son frère de rester là alors qu'il s'avançait vers le groupe.

Le vent lui apporte avec clarté les propos qu'ils s'échangèrent.

– Marchand Wei? On vous arrête pour trahison envers le Sultan Salemtahir.  Rendez-vous sans opposer de résistance.

Il n'entendit pas le reste de la conversation. Son coeur battait lourdement dans sa poitrine alors que le mot « traitre » tournait en boucle dans sa tête. Son père ne pouvait pas en être un. Il se fichait du Sultan ou de sa politique.

Senarath allait descendre du cheval et s'approcher de son père pour le défendre quand son frère posa une main sur son bras, le coupant dans son mouvement.

– Non, Sena…

Il entendit son père criait et sentit les talons de son frère s'enfonçait dans les flancs du cheval, le propulsant violemment en avant, contre le dos en face de lui. Le cheval paniqua et se fit à galoper dans le sens inverse à toute allure. Les larmes aux yeux, Senarath ne comprenait pas ce qu'il se passait autour de lui. Il entendait le bruit sourd des sabots qui frappaient le sol derrière lui alors qu'un groupe de cavaliers les suivaient. Il regarda tout autour de lui, le sable formait une plaine lisse sans relief à perte de vue. Ils n'avaient aucune chance de fuir. Et fuir quoi ? Son père était innocent, il en avait le certitude.

Les cavaliers les talonnaient de près maintenant, leur ordonnant de s'arrêter. Mais leur cheval redoubla d'efforts. La bête avait du mal à se mouvoir sur le sol brulant, il voyait d'ici la mousse qui maculer son museau, à ce rythme, il allait la tuer. Il tenta d'agripper les rennes pour faire ralentir le cheval, mais son frère chassa sa main d'un geste agaçé. Il tenta de regarder par-dessus son épaule pour se rendre compte qu'il se diriger droit devant une tempête de sable.

Les soldats ou la tempête de sable, son frère semblait avoir fait un choix et il ne pouvait que se coller à son dos alors que le sable lui fouettait le visage.

Quelques minutes plus tard, la tempête était sur eux. Violente et insidieuse. Le sable rentrait dans ses vêtements par tous les orifices, sa gorge était sèche et ses yeux le piquaient. C'était la première fois qu'il voyait une tempête de cette envergure. Sous ses jambes, le cheval s'effondra, projetant les deux cavaliers au sol. Senarath sentit le sol se dérober sous lui alors qu'il tombait. Il perdit connaissance alors que le sable le recouvrait de son emprise chaude.

C'est le soleil qui brulait sa peau et le fourmillement d'une petite bête sur son visage qui le réveilla. Devant ses yeux, des dunes de sable à perte de vue. Il se leva en sursaut alors que sa tête lui faisait horriblement mal. Il chercha des yeux son frère, mais il ne trouva personne. La panique le prit petit à petit alors qu'il se rendait compte de sa situation. Il se trouvait dans un endroit inconnu, sans savoir comment rentrer chez lui et son frère était introuvable. Il pensa un instant  son corps mourant recouvert de sable, mais il chassa rapidement cette idée, il devait y croire. S'il avait survécu, son frère devait être vivant aussi. Mais cela n'arrangeait pas son problème, il ne savait pas par où aller. L'atmosphère de cet endroit le mettait mal à l'aise sans qu'il ne puisse l'expliquer. La chaleur étouffante le força à bouger. Il devait trouver un point d'eau sinon il n'allait pas tenir longtemps. Ses maigres jambes entamèrent un long chemin. À la mi-journée, il sentait déjà son esprit divaguait. La soif lui rongeait la gorge et la faim commença à se faire sentir . Mais le paysage n'avait pas changé.

Par chance, après deux autres heures de marches, il tomba sur des vieilles ruines. Le soleil commençait à décliner et les températures à tomber. Alors il suffoquait de chaud auparavant, son corps se couvrait de chair à de poule à mesure que le froid arrivait. Il se terra, comme un rat dans les ruines.

Son histoire aurait pu se terminer là. Assoiffé, délirant à moitié. Il se souvint plus grand-chose de cette époque, un trou noir accompagnait ses souvenirs. Il se souvint juste d'une poigne ferme qui l'avait saisi avec douceur. Il ne comprenait pas ce qu'elle disait, ce qu'elle voulait. Il avait senti qu'on le déplaçait avec précaution puis plus rien. Jusqu'à qu'un liquide frais ne coule entre ses lèvres, apaisant la brulure de son gosier. Plus tard, il s'était réveillé dans les mêmes ruines, mais il n'était plus seul.

C'est bien plus tard qu'il avait compris les véritables enjeux de sa présence, et de la présence de tous les autres humains. Appris qu'il n'était plus réellement chez lui, mais dans un endroit différent, mais en même temps si semblable. Les djinns effrayaient le gamin qu'il était. Ce qui le sauva fut certainement son âge. Trop jeune pour reconstruire une ville, trop jeune pour servir sexuellement ce qui devait être ces nouveaux maitres.

Senarath ne voulait pas de cette vie, il voulait retrouver son frère et retourner chez lui pour prouver l'innocence de son père et de sa famille. Mais il n'avait aucun moyen d'y parvenir pour le moment. Il devait être plus intelligent, plus rusé, avoir plus de pouvoirs. Mais il n'était qu'humain. Il repensa alors à ce que lui avait dit une cliente en gloussant, qu'il était mignon, adorable et qu'en grandissant, il allait en faire tomber plus d'une. Il n'avait rien dans ce monde à part son physique. C'est à ce moment que commença à se former un plan terrible dans la tête d'un innocent garçon qui changea véritablement à ce moment. Par tous les moyens, il obtiendra ce qu'il veut, quitte à vendre son corps.

Alors que les mois passés, la ville se construisait. Sans étonnements, les bordels fleurissaient aussi rapidement. La façon de vivre des Djinns remettait tout en question. Quand Senarath se pointa au plus grand bordel qu'il trouva, la personne qui l'accueillit lui ordonna de jouer ailleurs alors qu'elle lui claquait la porte au nez. Mais il revint chaque jour, jusqu'à tomber sur ce qui semblait être le patron. Il était très beau à ses yeux, exotique, se déplaçant avec sensualité. Avec gentillesse, mais fermeté, il lui demanda ce qu'il voulait et Senarath lui répondit qu'il voulait être comme lui.

C'est comme ça que débuta réellement sa deuxième vie. Car contre toute attente, les portes jusqu'à là fermées s'était ouverte pour l'accueillir. Il avait observé, n'oubliant jamais les conseils de son père pour traiter avec un client. Il avait appris comment satisfaire un homme, une femme. Mais c'est seulement à ses 18 ans qu'il commença réellement à exercer. Maintenant, il en avait 21, et plus que jamais, son désir de quitter ce monde le guide. Quitte à devoir baiser avec un Djinns tous les jours, il sortirait d'ici. Il obtiendrait le pouvoir de partir. Loin est derrière lui le petit garçon effrayé, maintenant il était froid et manipulateur, usant de son corps comme une arme, jusqu'à qu'on le brise...





 
Compléments

  Taille : 1m70
  Poids : 58kg
  Couleur des yeux : Mordoré
  Couleur des cheveux : Blond
  Signes distinctifs ? Aucun en particulier.
  Préférences sexuelles : Il préfère les hommes, mais son travail ne l'empêche pas de devoir contenter également des femmes. Le client est roi et il se pli aux préférences des autres. Quel quels soit.
 
Vous engagez-vous à respecter le règlement ? Oui. Je le jure sur ce qu'il y a de plus coquin sur cette terre.
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Sexe : Féminin
Age : 27
Maîtresse d'Arcana
La Sphinge
MessageSujet: Re: Senarath Mar 31 Mai - 8:02
FélicitationsVous êtes validé !
Bienvenue dans la Cité d'Arcana !
Vous êtes maintenant un citoyen d'Arcana et vous pouvez faire une demande d'habitation, rechercher des relations, vous renseigner sur le fonctionnement de la Puissance d'Arcane et créer votre Journal d'aventure.

Nous vous souhaitons plaisirs et tourments dans notre mystérieuse cité. ♥
Revenir en haut Aller en bas

Senarath

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arcana :: Les Archives :: Le Registre des Citoyens :: Le Registre des Citoyens recensés-